Portail Environnement-Santé


Baignade : attention aux cyanobactéries !

Date: 11/08/2020 09:58

MISE A JOUR 25/08/2020

 

Comme indiqué le 18/08, une analyse complémentaire a été effectuée pour identifier des neurotoxines appelées « anatoxines » produites par un autre type de cyanobactéries. Des prélèvements ont été réalisés sur des galets à faible profondeur dans l’Ourthe à Esneux et environs. En ce qui concerne les résultats de ces analyses complémentaires, les observations au microscope n’ont pas pu montrer la présence significative de cyanobactéries. Tous les tests de détection et dosage d’anatoxines sont également négatifs. À la suite de ces deux analyses, rien ne laisse penser qu’il y aurait une présence significative de cyanobactérie dans l’eau de l’Ourthe.

 

Pour rappel, pendant la durée des analyses, 5 communes (Esneux, Hamoir, Comblain-au-Pont, Ferrières et Neupré) avaient pris des arrêtés de police pour interdire la baignade dans l’Ourthe par mesure de précaution sanitaire. Au vu des résultats des analyses complémentaires, tout risque relatif aux cyanobactéries peut être écarté. Les mesures de prudence lors d’une baignade dans l'eau d'un lac ou d'une rivière doivent cependant rester d’application. En Wallonie, 24 zones de baignades officielles bénéficient de contrôles réguliers quant à la qualité de l’eau. En dehors de ces zones, l’eau peut présenter une mauvaise qualité bactériologique, ce risque étant accru en cas de niveaux d’eau faibles et de températures élevées. De plus, certaines rivières ou plans d’eau peuvent être dangereuses (barrages, trous d'eau, différences de températures, racines...).

 


 

MISE A JOUR 18/08/2020


Cinq échantillons prélevés à Esneux –Tilff ont été analysés par l'ISSeP. Les premiers résultats sont arrivés ces 11 et 12 août. L'analyse au microscope n'a pas révélé la présence de cyanobactéries habituellement présentes dans les lacs et canaux. Des recherches complémentaires n'ont pas révélé la présence de microcystines (toxines hépatotoxiques, c'est-à-dire attaquant le foie).

Dans le cas présent, exceptionnel sur un cours d'eau en Wallonie, et quasi indétectable visuellement sur l'Ourthe, l'ISSeP va faire des recherches complémentaires et utiliser une nouvelle méthode d'analyse pour identifier les neurotoxines appelées « anatoxines » (toxines provoquant des atteintes neurologiques graves). Ces cyanobactéries vont à présent être recherchées sur des galets à faible profondeur dans l'Ourthe à Esneux et environs. La prolifération de ces cyanobactéries peut engendrer la présence de ces toxines dans l'eau.

Les anatoxines n'ont jamais été rencontrées à ce jour en Wallonie à des concentrations au-dessus de la limite de détection et ne sont donc jamais analysées en routine dans les plans d'eau.

Dans l'attente de ces nouvelles analyses, les 5 communes concernées (Esneux, Hamoir, Comblain-au-Pont, Ferrières et Neupré) maintiennent l'interdiction de baignade.

Pour l'instant aucun autre cas de mortalité de canards, oies ou autres animaux n'a été rapporté.

Pour rappel, les rivières et plans d'eau qui ne sont pas des sites officiels de baignade et ne sont donc pas contrôlés, sont susceptibles de présenter une mauvaise qualité bactériologique. Pour éviter tout risque, il est conseillé de se baigner uniquement dans les zones de baignade prévues à cet effet et dont les résultats des analyses de la qualité l'eau sont consultables sur le site http://environnement.wallonie.be/baignade

 


 

Ce 10 août, le Centre régional de crise de Wallonie a été informé de la possible présence de cyanobactéries sur l’Ourthe sur la commune d’Esneux.

A Esneux, à la demande des autorités communales, 3 points vers l’amont ont été contrôlés par le SPW ARNE :

  • barrage de Méry
  • barrage de Hony (rue de Fêchereux)
  • barrage de La Gombe

 

Une cyanobactérie , qu’est-ce que c’est ?

Semblables à des algues bleues, ces bactéries photosynthétiques sont naturellement présentes en eaux douces. Leur prolifération est favorisée par les températures élevées et le faible niveau d’eau. Les cyanobactéries forment des dépôts ou d’écume de couleur généralement bleue verte.

Le danger de ces cyanobactéries provient des toxines qu’elles sécrètent qui peuvent causer des troubles de la santé chez l’homme et les animaux tant au contact qu’à l’ingestion ou à l’inhalation. Les intoxications peuvent être mortelles pour les animaux.

L’intensité des troubles est variable : irritations de la peau, maux de tête, nausées, gastro-entérites aigües voire atteintes neurologiques. Lorsque l’eau est couverte d’écume ou de mousse, le risque d’intoxication est maximal.

 

Restez vigilants lors de vos baignades

Suite aux fortes chaleurs, de nombreuses personnes sont tentées de se baigner en-dehors des zones de baignade autorisées dont la qualité de l’eau est régulièrement contrôlée par le Service public de Wallonie.

En cas de présence de cyanobactéries, les autorités communales et la police avertissent le public via les valves communales et des panneaux d’interdiction placés aux abords des plans d’eau concernés. Il est demandé au public de respecter strictement ces interdictions et, en cas de problèmes de santé, de prévenir rapidement le gestionnaire du site ou la commune.  

Les températures élevées des prochains jours étant favorables à la prolifération des cyanobactéries, mieux vaut éviter de se baigner dans des eaux peu profondes et stagnantes surtout si elles présentent un dépôt d’algues abondant ou de la mousse. Pour éviter tout risque, il est conseillé de se baigner uniquement dans les zones de baignade prévues à cet effet et dont les résultats des analyses de la qualité l’eau sont consultables sur le site http://environnement.wallonie.be/baignade

 

Retour à la liste des actualités