Portail Environnement-Santé Wallonie
Portail Environnement-Santé

L'Aoûtat : une larve parasite

Fotolia_15263964_S_txt.jpg (x-default)Avec le retour de la chaleur, de nombreux insectes font leur retour les uns après les autres. Mais s’il en existe un qui nous ennuie particulièrement de par les démangeaisons qu’il génère, c’est bien l’Aoûtat.

Les Aoûtats (Trombicula autumnalis) sont des acariens dont le cycle de vie comprend 5 phases : l’œuf, la larve, la pré-nymphe, la nymphe et l’adulte. Au printemps, les femelles, sortant d’hivernation, pondent jusqu’à 400 œufs chacune. Ceux-ci se développent alors durant une période de 20 à 40 jours.

La larve, qui éclot de l’œuf, est de couleur rouge. Mobile, elle vit à la surface du sol. Elle ne comporte, à ce stade, que trois paires de pattes (contre quatre paires à l’âge adulte). Son mode de vie parasite lui impose de se fixer rapidement sur un hôte (par exemple un chat, un chien, un rongeur, un oiseau ou encore l’homme) afin de se nourrir de leur sang. Deux à dix jours plus tard, la larve se détache et tombe sur le sol.

Une fois au sol, l’Aoûtat s’y enfouit et observe une période de repos immobile. Ce stade est celui de la pré-nymphe. Elle passe au stade suivant de nymphe lorsque sa quatrième paire de pattes se développe. Aveugle, la nymphe vit dans le sol et se nourrit d’œuf d’insectes.

Cycle de vie aoûtat_txt_def.JPG

 

Au stade adulte, l’Aoûtat mesure environ 2 mm de long. Son corps est recouvert de poils denses et courts. En fin de saison, il entre en hivernation.

Les « piqûres » d’Aoûtat correspondent à la prise de nourriture d’une larve : elle enfonce ses « crochets » dans la peau afin d’y injecter un suc digestif et ensuite d’en aspirer le liquide nutritif produit. L’Aoûtat adulte se nourrit quant à lui, dans le sol, de liquides végétaux et de petits insectes. Il est donc inoffensif. Ce sont les larves qui, se fixant sur un hôte, constituent une source de désagréments.

Ces désagréments prennent la forme, après quelques heures, d’un bouton boursouflé, souvent entouré d’une rougeur. Au bout de 20 à 30 heures, des démangeaisons vives apparaissent suite au détachement des larves. Celles-ci peuvent durer entre 2 et 7 jours.

 

S’attaquer à la racine du mal

Pour se développer, les Aoûtats ont besoin d’une température d’au minimum 16° C ainsi que d’humidité. On les rencontre principalement en période estivale (de juillet à septembre) dans les gazons, les pelouses ombragées, les vergers et les zones humides (étangs, piscines).

A titre de prévention, un moyen efficace de se débarrasser des Aoûtats de façon naturelle consiste à tailler de manière répétée le gazon à ras. La population d’Aoûtat semble décroitre progressivement au cours du temps.


 

Mieux vaut prévenir que guérir

Trombidiose_aoutat_txt_def.pngComme pour beaucoup de piqûres, ce proverbe est parfaitement approprié dans le cas de l’Aoûtat : la meilleure protection consiste à porter des vêtements longs et couvrants afin de limiter les voies d’accès à la peau.

En cas de piqûre, dès l’apparition des premiers symptômes, les larves parasites peuvent être simplement éliminées au moyen d’un bain bien chaud et en se savonnant avec un savon doux et non irritant.

En cas de démangeaisons, n’hésitez pas à demander l’avis de votre pharmacien qui pourra vous recommander une crème apaisante antihistaminique.

Si vous constatez l’apparition des symptômes allergiques (troubles de la respiration, œdème important, urticaire), consultez immédiatement un médecin.