Portail Environnement-Santé


La pollution atmosphérique tue toujours trop

Date: 30/11/2015 14:55

Dans un nouveau rapport publié aujourd’hui, l’Agence Européenne pour l’Environnement (EEA) constate que la pollution de l’air cause toujours plus de 430.000 décès prématurés par an en Europe.

Les principaux polluants mis en cause sont les particules fines (PM), l’ozone troposphérique (O3) et le dioxyde d’azote (NO2).

432.000… c’est le nombre estimé de décès prématurés causés chaque année par l’exposition chronique aux PM2,5. Ce nombre est d’environ 75.000 pour le NO2 et de 17.000 pour l’O3.

Au-delà des décès prématurés, ce sont également toute une série de maladies qui sont causées par la mauvaise qualité de l’air, comme des maladies cardiaques, des troubles respiratoires ou encore des cancers, et ce malgré les efforts fournis jusqu’ici.

Et, non seulement la pollution de l’air réduit notre espérance de vie et impacte notre santé, mais elle influence notre portefeuille via l’augmentation des frais médicaux et la réduction de la productivité au travail (absentéisme).

 

Pour en savoir plus :

Lisez le communiqué de presse de l’EEA

Retrouvez le rapport complet sur la qualité de l’air en Europe

Rendez-vous sur notre page thématique consacrée aux polluants atmosphériques

Retour à la liste des actualités