Portail Environnement-Santé Wallonie
Portail Environnement-Santé

Rhume des foins : la mauvaise saison commence

pollen et allergieLes premiers beaux jours du printemps sont à risques pour les personnes sensibles au pollen. Si, en plus, la pollution s’en mêle, bonjour les désagréments!

Pour sa belle écorce claire et sa croissance rapide, le bouleau est un arbre généralement apprécié des jardiniers.

Mais, pour sa capacité à pourrir la vie de milliers de personnes, il est souvent… maudit.

C’est que sa capacité à projeter du pollen allergisant dans l’air est proprement ahurissante : six millions de grains de pollen par groupe de fleurs!

Cette performance, qui fait du bouleau la principale cause de « rhume des foins » en Belgique, est réactivée chaque fois que surviennent les premiers beaux jours chauds et secs du printemps.

Véhiculés par l’air, les grains de pollens vont alors se précipiter sur tout ce qui fait notre environnement.

Dont, hélas, les muqueuses respiratoires et oculaires de tout un chacun.

Les personnes les plus sensibles - quasiment un adulte sur trois, 7 à 20 % des enfants - réagissent alors par des rhinites et des rhino-conjonctivites. Traduisez : les yeux et/ou le nez piquent, brûlent, coulent… Plus rarement, les grains de pollen entraînent de l’asthme.

 

Le bouleau n’est pas le seul végétal incriminé, loin s’en faut.

Dès le début du printemps et jusqu’à la fin de l’été, d’autres arbres s’en donnent à cœur joie pour provoquer ces réactions allergiques.

Noisetiers et aulnes ouvrent traditionnellement le bal, parfois dès février. Tandis que les châtaigniers (heureusement moins fréquents) la terminent en compagnie des plantes graminées.

Problème : la pollution atmosphérique renforce l’effet du pollen.

Et cela de trois manières. Ozone, dioxyde d’azote et particules fines peuvent en effet abaisser le seuil de réactivité des bronches. Ils peuvent aussi accentuer l’irritabilité des muqueuses nasales ou oculaires. Ils peuvent, enfin, modifier l’« allergénicité » des grains de pollen en transformant leur paroi et leur contenu protéique. Les allergènes pénètrent alors plus facilement dans le système respiratoire.

 

  • Que faire si vous êtes allergique?

Fermer portes et fenêtres aux périodes critiques (communiquées sur www.airallergy.be) et aérer le logement tôt le matin ou juste après la pluie par exemple. Aérer au moins une fois par jour pendant 15 minutes permet de diluer les pollutions intérieures (qui sont aussi des cofacteurs d’allergies).

Porter des lunettes solaires (ou autres) pour diminuer le contact des yeux avec l’allergène.

Eviter  les efforts physiques et activités en plein air.

Garder les fenêtres de la voiture fermées lors de vos déplacements.

Laver vos cheveux avant de vous coucher.

Utiliser des mouchoirs en papier et les jeter après usage unique.

Eviter de sécher votre linge à l’extérieur

Eventuellement, respirer l’air de la mer, moins chargé en pollens (si, le vent vient du large)

Et, bien sûr, se faire conseiller par son médecin, notamment parce que l’allergie au pollen est parfois accompagnée d’allergies alimentaires (allergies dites « croisées »). Suivre les recommandations et les traitements prescrits par votre médecin est donc encouragé.

Avant de partir en voyage, consulter les cartes en Europe pour choisir les périodes les moins chargées en pollens.

 

Ces conseils risquent d’être de plus en plus utiles.

En effet, le réchauffement climatique semble être à l’origine d’une saison pollinique de plus en plus précoce au fil des ans.

Par ailleurs, des espèces végétales exotiques, introduites chez nous par accident (l’ambroisie) ou intentionnellement (l’olivier), se révèlent de puissants allergènes. L’ambroisie, par exemple, pourrait contribuer à allonger sensiblement chez nous la période à risques pour les personnes sensibles.

 

  • Où trouver les informations sur les périodes critiques des différents pollens?

Le  site airallergy vous  informe sur la surveillance des pollens et spores fongiques de l’air en Belgique.

Le site de l’Institut royal météorologique (IRM)  publie de l’information sur le pollen de graminées  du 15 mai au 15 juillet.

 

  • Pour en savoir plus:

Télécharger le document «Le réseau de surveillance des pollens et spores fongiques atmosphériques en Belgique»