Portail Environnement-Santé Wallonie
Portail Environnement-Santé

La vente des GSM mieux balisée : un «plus» pour la santé

enfants, gsm et santéLes GSM pour enfants de moins de 7 ans sont interdits à la vente. Quel que soit l’âge de l’utilisateur, mentionner la valeur de rayonnement (DAS) des téléphones mobiles est désormais obligatoire sur le lieu de vente.

Finis, les nounours sur les GSM ! Terminées, les jolies couleurs sur les téléphones portables !

Ce genre d’artifice, de même que toute illustration publicitaire destinée à séduire les jeunes enfants, sont dorénavant interdits en Belgique.

C’est le sens des nouvelles règles qui, depuis le 1er mars 2014, organisent la vente des GSM et des tablettes.

L’objectif de ces nouvelles mesures saute aux… oreilles : il s’agit de protéger les enfants des rayonnements électromagnétiques, dont la nocivité fait l’objet d’études qui ne sont pas nécessairement concordantes.

Les enfants entrent en effet très tôt en contact avec les GSM.

De ce fait, leur exposition aux rayons durant leur vie toute entière sera plus grande que celle des adultes actuels. De plus, le cerveau d’un enfant absorbe environ deux fois plus les rayonnements que celui d’un adulte.

Et, pour la moelle, jusqu’à dix fois plus ! Il s’agit donc d’une application du principe de précaution : on tente d’éviter des problèmes éventuels de santé dans le futur.

 

L’autre disposition en vigueur depuis le 1e mars concerne, cette fois, tous les utilisateurs de GSM, quel que soit leur âge : dorénavant, la mention du DAS est obligatoire sur le lieu de vente.

Exprimé en watt/kilo, le DAS est le Débit d’Absorption Spécifique. C’est la grandeur utilisée pour quantifier l’absorption d’énergie par le corps .

Mentionné autrefois dans la documentation technique qui accompagne les appareils, le DAS doit désormais figurer clairement sur l’étiquette visible par le client dans le rayonnage, mais aussi lors de toute vente sur le Net. L’objectif est de permettre au consommateur de mieux comparer les divers modèles proposés.

Cinq catégories sont prévues : de A à E, le « A » regroupant les valeurs les plus basses, donc les plus sûre :

  • A : pour les valeurs DAS inférieures à 0,4 W/kg,
  • B : pour les valeurs DAS égales ou supérieures à 0,4 W/kg mais inférieures à 0,8 W/kg,
  • C : pour les valeurs DAS égales ou supérieures à 0,8 W/kg mais inférieures à 1,2 W/kg,
  • D : pour les valeurs DAS égales ou supérieures à 1,2 W/kg mais inférieures à 1,6 W/kg,
  • E : pour les valeurs DAS égales ou supérieures à 1,6 W/kg mais inférieures ou égales à 2 W/kg;

 

A côté du DAS doit figurer la mention suivante : « Pensez à votre santé – utilisez votre téléphone portable avec modération, privilégiez l’utilisation d’une oreillette et choisissez un DAS faible ».

Eh oui… Autant le rappeler avec force : même s’il subsiste des inconnues scientifiques à ce sujet, le Centre international de Recherche sur le Cancer (une agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la Santé) a choisi de classer les ondes radio, à ce stade, comme « peut-être cancérogènes ». A bon… entendeur, salut!

 

Pour en savoir plus :