Portail Environnement-Santé


Typologie ou « qui fait quoi » ?

Qui quoi txt.jpgIl n'existe nulle part une liste complète et officielle des perturbateurs endocriniens.

Normal: les différentes agences de santé de la planète ont eu de la peine à tomber d'accord sur une définition commune (quels critères retenir?)[1].

De plus, leurs listes se complètent en permanence de nouveaux produits dont les propriétés mettent de nombreuses années à être démontrées, d'abord sur l'animal ensuite sur l'homme.

On peut pourtant dresser aisément la liste des principaux produits (artificiels) incriminés, connus à ce jour. En savoir plus...

 

  • Les parabènes sont des produits utilisés principalement pour la conservation des cosmétiques, de l'alimentation et des médicaments. On les utilise pour leurs propriétés de lutte contre les bactéries et les champignons. On les trouve dans de nombreux produits d'hygiène et de confort, comme les crèmes de rasage, les shampoings, les gels, les crèmes hydratantes, etc.
     
  • Les phtalates interviennent dans la composition d'un très grand nombre d'objets en plastique, mais aussi dans les peintures, colles, encres, etc. Ils sont appréciés pour leurs qualités assouplissantes. On les trouve aussi dans les produits cosmétiques car ils permettent de prolonger l'effet des particules parfumantes. Du fait qu'ils "migrent" à partir des emballages plastiques, on peut trouver des résidus de phtalates dans notre alimentation.
     
  • Les polluants organiques persistants, surnommés les "POPs", sont des molécules se définissant par quatre propriétés: toxicité pour la santé humaine, accumulation dans les graisses, persistance dans l'environnement et mobilité sur de grandes distances. Les POPs les plus connus sont les dioxines, les furanes, les polychlorobiphényles (PCBs) et les hydrocarbures aromatiques polycliques (HAP). La plupart sont interdits mais persistent encore pour de longues années dans l’environnement et les organismes vivants.
     
  • Certains produits polybromés sont utilisés en tant que retardateur de flammes dans l’industrie textile, dans les meubles et les appareils électriques et électroménagers. Ils ont la particularité de se fixer aisément sur les poussières ambiantes. Ils sont particulièrement suspectés de perturber le fonctionnement de la glande thyroïde.
     
  • Certains produits perfluorés ont des usages multiples. Tantôt ils servent de revêtements aux ustensiles et au matériel de cuisine, tantôt ils servent de produits d'imperméabilisation pour les vêtements ou les chaussures. Ils sont appréciés pour leurs propriétés hydrofuges, antitaches et anti-graisse.
     
  • Les alkylphénols se trouvent principalement dans les eaux usées des industries et des hôpitaux. Ils sont issus de déchets ou de processus industriels, où leurs propriétés mouillantes et dispersantes sont appréciées. Ils servent également de détergents, d’additifs de carburants, de retardateurs de flammes, etc.
     
  • Certains pesticides sont développés pour spécifiquement interférer avec le système endocrinien des organismes cibles et peuvent également s’avérer être des perturbateurs endocriniens chez l’homme. Les agriculteurs, notamment les viticulteurs et les maraîchers qui sont probablement les plus souvent exposés à ces produits en raison d'un usage intensif pour la protection des cultures, sont particulièrement concernés par les effets toxiques engendrés par ces perturbateurs endocriniens. De plus, ces molécules peuvent engendrer des effets néfastes sur l’organisme à très faibles doses. Dès lors, l’exposition de la population à ces molécules via l’alimentation, notamment dans les fruits, les légumes, les céréales, etc., pourrait engendrer des effets néfastes sur la santé.
     
  • Le Bisphénol A ou BPA : cette partie est développée sur cette page.
 

[1] La définition proposée par l’OMS est la plus souvent admise : "Un perturbateur endocrinien potentiel est une substance ou un mélange exogène, possédant des propriétés susceptibles d’induire une perturbation endocrinienne dans un organisme intact, chez ses descendants ou au sein de (sous-) populations. Cette catégorie est divisée en deux sous- catégories : la catégorie 2a pour les perturbateurs endocriniens suspectés et la catégorie 2b pour les perturbateurs endocriniens pour les substances possédant des indications de propriétés de perturbation endocrinienne."