Portail Environnement-Santé


Effets connus à ce jour : prudence et vigilance !

Attention.jpgIl y a tellement de perturbateurs endocriniens différents qu'il est malaisé d'attribuer des effets sur l'homme à chacun d'entre eux d'une manière sûre et irréfutable. Mais cela n'empêche pas un message fort à l'égard de cette famille de produits: il faut impérativement s'en protéger, particulièrement les enfants, les nouveau-nés et les femmes enceintes.

 

A l'heure actuelle, il n'existe pas de preuves scientifiques irréfutables du lien de cause à effet entre les perturbateurs endocriniens (PE) et les troubles de la reproduction humaine.

Mais, lorsque les 14.000 membres de la Société internationale d'Endocrinologie, répartis dans une centaine de pays différents, en appellent au principe de précaution, réduire autant que possible son exposition aux PE, on se dit que la vigilance n'est certainement pas du luxe !

Les PE sont en effet suspectés de jouer un rôle dans la diminution constante de la qualité du sperme observée depuis les années trente aux Etats-Unis, et en Europe depuis les années nonante.

 

Ce qui inquiète particulièrement les spécialistes, ce sont leurs effets en cas d'ingestion à faibles doses dès la grossesse et/ou l'allaitement maternel.

Les PE sont également incriminés par diverses études pour leur rôle dans la malformation de l'appareil urogénital chez l'homme: absence d'un ou des deux testicules dans le scrotum (cryptorchidie : le ou les testicules ne sont pas descendus dans les bourses et se sont arrêtés à un endroit du trajet) et malformation de l'extrémité de l'urètre (hypospadias: celle-ci est placée sous le gland et non sur son extrémité).

Bien que les travaux sur les affections féminines aient commencé plus tard, plusieurs études suggèrent que les PE pourraient jouer un rôle dans le déclenchement précoce de la puberté chez les jeunes filles et de l'endométriose (présence de la muqueuse utérine en dehors de l'utérus).

Il faut toutefois garder la tête froide par rapport à ces résultats.

Les recherches sont très difficiles à mener car, comme toujours lorsqu'il s'agit de problèmes de santé/environnement, l'intervention d'autres facteurs peut être suspectée, avec en premier lieu le rôle de l’alimentation.

 

Il en va de même en matière de cancers.

Les perturbateurs endocriniens sont suspectés de contribuer au développemenMonsieur lit dossier-defaultt des cancers du testicule et de la prostate, chez l’homme, et du sein et de l'utérus, chez la femme, quatre cancers qui sont en augmentation dans les pays développés sans que l'on puisse pour autant incriminer une cause unique.

Plusieurs de ces substances sont en outre classées en catégorie 1 (cancerigène avéré) par le Centre international de recherches sur le cancer (CIRC), bien que leurs effets délétères aient été démontrés exclusivement dans le cas d'expositions accidentelles (comme l'explosion de l'usine chimique à Seveso, en 1976) ou dans le cadre professionnel (utilisation de pesticides par les agriculteurs).

Mais, pour être certain que les PE ont une incidence sur les cancers dans la population générale, il faut étudier un grand nombre de sujets durant de longues périodes et, notamment, discriminer l'influence d'autres facteurs potentiellement "trompeurs" tels que l'amélioration continue du dépistage et l'augmentation de l'espérance de vie.

En tout cas, face à l'ampleur de la tâche (diversité des PE présents autour de nous et voies d'exposition multiples: ingestion d'eau et de nourriture, inhalation de poussières et de gaz, contact cutané...), les scientifiques sont unanimes pour attirer l'attention sur la période de la vie la plus à risques: la vie intra-utérine (grossesse), les premières années de l'enfant, notamment pendant l'allaitement, et la puberté.

D'après les études menées sur les animaux, y compris les mammifères, c'est durant cette période, en effet, que les PE semblent engendrer les effets les plus néfastes sur notre santé.

 

Enfin, les études les plus récentes suggèrent que les PE pourraient jouer un rôle dans la survenance de troubles métaboliques favorisant l'obésité ou le diabète, voire dans certaines affections allergiques ou le développement cognitif de l'enfant.