Portail Environnement-Santé


Pesticides… Partout et si nombreux

Vorsicht giftig!!Les insectes et autres « parasites » qui envahissent parfois les cultures au point de les réduire à néant sont de véritables… pestes. De là, le mot « pesticide », qui trahit la fonction première du produit: tuer l’hôte indésirable, qu’il s’agisse d’un insecte, d’une plante, d’un champignon, etc.

 

 « Pesticides » est un mot très général qui touche tous les produits naturels et de synthèses pour lutter contre « les pestes ».

La peste, ce n’est pas seulement une maladie redoutable qui a fait des millions de morts au Moyen Age.

C’est, aussi, le surnom très général qu’on donne à tout ce qui s’attaque aux cultures : certains insectes nuisibles, certains acariens, certains champignons microscopiques responsables de maladies, etc.

Voilà pourquoi on parle de « pesticides » quant on veut désigner les produits qui débarrassent les champs et les serres de telles menaces.

 

En réalité, il faut distinguer différents types de pesticides : les biocides (comme l’eau de javel par exemple) et les produits phytopharmaceutiques (les herbicides par exemple). 

Les uns comme les autres ont pour point commun de contenir une ou plusieurs matières actives destinées à éloigner la cible ou, le plus souvent, à la tuer.

C’est bien la raison pour laquelle aucun de ces produits n’est à prendre à la légère.

 

 Les plus connus sont les  herbicides, destinés à lutter contre les plantes indésirables.

Les mauvaises herbes, quoi… ? Pas si vite.

Les spécialistes préfèrent parler de plantes « adventices » ou, tout simplement de plantes indésirables.

Une façon de rappeler que chaque plante est le maillon d’un écosystème complexe et qu’elle a donc un rôle à jouer dans la nature.

Si l’homme la déclare « mauvaise », c’est parce qu’elle est malvenue dans un contexte précis de production.

Mais l’on peut comprendre qu’elle ne soit pas bienvenue dans les champs de pommes de terre ou de légumes.

Certains herbicides, notons-le, font partie des micropolluants les plus coûteux à éliminer par les distributeurs d’eau potable.

 

A côté de ceux-ci, on trouve les insecticides (contre les insectes, araignées et acariens indésirables), les fongicides (contre les champignons et lichens) et, un peu moins connus, les rodenticides (contre les rongeurs).