Portail Environnement-Santé


Pesticides: Des armes à double tranchant

Cockroach spray with spray cans over white backgroundDepuis des siècles, l’homme a appris à protéger ses cultures des visiteurs indésirables : insectes, champignons, etc.

Eviter leurs dommages est un réflexe naturel justifié.

A la condition que l’utilisateur de pesticides ne retourne pas l’arme contre lui-même.

 

Pendant des siècles, l’homme y est allé de son observation personnelle, usant de concoctions, bouillies et autres préparations personnelles ou secrètes.

Vers le milieu du vingtième siècle, la chimie a fait irruption dans les campagnes.

Providentielle ! C’est elle qui allait permettre au monde de se relever de deux guerres mondiales dévastatrices.

Reconstituer les stocks de céréales de la planète. Avec succès ? Et comment !

Puis, au fil des décennies, les pesticides de synthèse ont fini par gagner nos logis : à mort les blattes, fourmis, pucerons et autres moustiques s’invitant dans nos meubles, lits, divans, chambres d’enfants, plantes…

 

Seulement voilà. Dès les années soixante, des lanceurs d’alerte se sont inquiétés de l’usage incontrôlé d’une famille de pesticides : les organochlorés.

Intoxiqués par ces produits, les oiseaux voyaient les coquilles de leurs œufs devenir de plus en plus fragiles.

Peu écoutés pendant le « boum » agricole et économique, ces précurseurs ont été suivis d’autres vigiles de l’environnement et de la médecine : écologues, toxicologues, pharmaciens...

Qui, eux, ont constaté vingt ou trente ans plus tard des phénomènes étranges dans la reproduction d’oiseaux, puis de reptiles et de mammifères.

On a alors clairement établi le fait qu’une partie des pesticides ne se dégradait pas dans l’environnement et, au contraire, s’accumulait tout en haut des chaînes alimentaires.

 

Qui trône tout en haut de ces chaînes alimentaires?

L’homme, pardi ! Comme tout autre mammifère, il stocke donc les produits toxiques dans ses graisses. Et les transmet à sa progéniture pendant la grossesse ou l’allaitement.

Les soupçons qui pèsent sur les pesticides sont lourds.

Pour certains produits, leur effet délétère est même avéré, particulièrement pour les utilisateurs professionnels.

Au premier rang de ceux-ci figurent les agriculteurs et les travailleurs en serre, surtout dans les pays moins développés.

Cancers de la prostate, leucémies, maladie de Parkinson : telles sont les pathologies les plus lourdement incriminées à certains types de pesticides.

Mais, au fur et à mesure des progrès de la science, on se demande si des usages plus légers, plus anodins, plus diffusés dans le quotidien du simple citoyen ne pourraient pas, eux aussi, contribuer à la formation ou l’aggravation de certaines maladies.

 

La recherche progresse. L’espérance de vie aussi.

On voit mal, aujourd’hui, pourquoi nous devrions - utilisateurs réguliers ou intermittents, professionnels ou amateurs – nous passer des conseils de prudence émis par les toxicologues et épidémiologues.

Après tout, les pesticides ont envahi toutes nos sphères de vie.

Au prix de quelques mesures de prudence, nous pouvons en retirer les bénéfices escomptés, tout en évitant leurs inconvénients.