Portail Environnement-Santé


La Wallonie… en route vers le « Zéro Phyto » !

zéro-phyto en WallonieEvitez les pesticides, est-ce possible ? Les autorités wallonnes montrent l’exemple. Le « Zéro Phyto », c’est pour bientôt dans les espaces publics. Au menu : zones tampons et protection des groupes les plus vulnérables. A chacun de s’en inspirer à domicile et au jardin.

 

Au fil des ans, la mise sur le marché de nouveaux pesticides est devenue de plus en plus contrôlée et réglementée.

La prévention, elle, a fait de grands progrès. Mais, dans certains cas, il faut aller plus loin.

C’est ainsi qu’avec son Programme wallon de réduction des pesticides (PWRP), la Wallonie s’achemine vers le « zéro phyto ».

Concrètement, les communes wallonnes ont cinq ans, à partir de 2014, pour abandonner progressivement l’utilisation des produits phytopharmaceutiques dans leurs espaces publics. En 2019, c’en sera fini des pesticides dans les voiries, les allées, les cimetières, les sentiers, etc.

 

Au total, le PWRP prévoit 37 mesures régionales spécifiques, complémentaires au Programme fédéral de réduction des pesticides (PFRP). 

Parmi ces 37 mesures, une mesure prévoit une distance minimale entre les lieux de pulvérisation et les espaces – tant privés que publics – fréquentés par les publics considérés comme plus vulnérables : enfants dans les écoles et les crèches, personnes âgées dans les maisons de repos, etc.

Une autre mesure envisage également le respect d’une zone « zéro pulvérisation » de 1 à 6 mètres minimum le long des cours d’eau et des surfaces imperméables reliées aux égouts.

Dans le même ordre d’idée, les traitements chimiques au moyen de pesticides (ex.herbicides ou anti-mousse) seront interdits à partir du 1er septembre 2014 sur toutes les surfaces imperméables ou peu perméables (pavés, tarmac, graviers, …) reliées à un réseau de collecte des eaux pluviales.

Fini donc de pulvériser la pente du garage si elle est dirigée vers le trottoir et son filet d’eau !

 

La sensibilisation n’est pas oubliée : on renforcera le soutien  aux associations organisant les initiatives de type « semaine sans pesticides » ou « quartiers sans pesticides ».

En attendant 2019, les particuliers sont invités à adopter une série de comportements évitant le recours aux pesticides. La règle d’or : la prévention.