Portail Environnement-Santé


La saga des lignes à haute tension

High voltage towers Vivre à proximité d’une ligne à haute tension : quel risque pour la santé ? Il n’existe pas de preuve formelle d’un risque accru de cancer pour la population. Une certaine prudence s’impose néanmoins.

Les lignes à haute tension génèrent des champs électriques et magnétiques à très basse fréquence, qui créent des courants électriques dans l’organisme.

Tels qu’on les rencontre dans la vie quotidienne, ces champs électriques ne développent qu’un courant électrique très faible.

A très forte intensité (limitée à certains environnements industriels très spécifiques), ces courants électriques peuvent provoquer des impressions de scintillements lumineux ou des contractions musculaires incontrôlables.

En principe, même les personnes chargées de la maintenance des réseaux électriques ne sont pas exposées à des champs assez élevés pour produire de tels effets.

 

Depuis le milieu des années quatre-vingt, de nombreux chercheurs ont tenté de savoir si ces champs de faible intensité étaient susceptibles d’entraîner des effets sur la santé des personnes exposées pendant de longues périodes. Les riverains des lignes électriques à haute tension ont fait l’objet de nombreuses études épidémiologiques.

Selon l’OMS, l’exposition à long terme aux champs magnétiques à très basse fréquence n’entraîne pas d’augmentation du risque de cancer chez l’homme, excepté un très léger risque de leucémie chez l’enfant.

En 2001, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC, une agence de l’OMS) a estimé que ce type de champs (c’est à dire à très basses fréquences) était peut-être cancérogène pour l’homme.

Précision importante : à l’heure actuelle, le lien de cause à effet entre la vie à proximité d’une telle source et l’augmentation de leucémie ne s’explique pas; il a simplement été constaté statistiquement.

Par ailleurs, même si le risque de causalité était confirmé, le risque de développer cette pathologie serait vraiment très faible: de l’ordre d’un cas de leucémie infantile supplémentaire par an dans une population de 35 millions de personnes.

 

D’autres effets sur la santé sont-ils possibles ? Depuis quelques années, des publications scientifiques font état d’une augmentation possible de maladies neuro-dégénératives (comme la maladie d’Alzheimer) chez les personnes habitant à proximité des lignes à haute tension ou exposées dans le cadre de leur profession.

On parle aussi de dépressions, de troubles cardiovasculaires, d’autres cancers infantiles, de modifications immunologiques, etc.

L’OMS a conclu, en 2007, que  de tels effets, s’ils existent, seraient vraiment très réduits. Dans un souci d’extrême prudence, le Conseil Supérieur de la Santé (2008), en Belgique, a néanmoins conseillé de limiter l’exposition de longue durée aux champs magnétiques des enfants de moins de quinze ans.

 

Pour en savoir plus: