Portail Environnement-Santé


Pollution urbaine : le nez dessus

Traffic jam with rows of carsToux, asthme, rhinites, allergies…  Confronté à la pollution atmosphérique, le système respiratoire encaisse. Des millions de personnes sont concernées du simple fait qu’elles passent l’essentiel de leur vie en ville. Les enfants doivent être protégés en priorité.

 

La pollution atmosphérique (liée à l’ozone ou aux particules fines)  se traduit par de la toux, des maux de gorge, de l’essoufflement et, plus généralement, une sensation d’étouffement. Parfois, ces symptômes sont accompagnés de maux de tête ou d’une irritation des yeux.

Les polluants de l’air peuvent modifier ou transporter certaines particules aériennes d’origine naturelle (les pollens) et artificielle (certaines particules fines) et ainsi amplifier leurs effets sur la santé, notamment en créant ou en intensifiant des troubles allergiques. 

L’ozone, par exemple, gaz oxydant issu de la combinaison chaleur/ensoleillement,  affecte l’arbre respiratoire. L’ozone de basse altitude diminue la fonction pulmonaire, favorise les réactions inflammatoires et aggrave des affections préexistantes comme l’asthme. A partir de 160 microgrammes/mètre cube, soit une valeur inférieure au seuil d’information de la population, l’ozone entraîne des effets importants y compris chez de jeunes adultes en bonne santé.

Les  propriétés oxydantes et pro-inflammatoires des polluants atmosphériques, notamment les particules en suspension (les particules fines) sont davantage liés à l’exposition quotidienne à des doses modérées de polluants qu’à l’exposition aiguë en situation de pic. Ainsi, selon l’OMS, l’espérance de vie des Européens est amputée en moyenne de 8,6 mois en raison de leur exposition chroniques aux particules fines.

La pollution intérieure, elle, et tout particulièrement celle liée aux produits chimiques présent dans les bâtiments, semble plutôt expliquer la progression de l’asthme.  La recherche évoluant à grands pas et les causes de l’asthme étant complexe, il faut toutefois rester très prudent sur ce genre de constats.