Portail Environnement-Santé


Sanisol

Contexte

Logo Projet SANISOL.jpgLa pratique du jardinage est en recrudescence et elle démontre plusieurs bienfaits physiques, sociaux et psychiques. Cependant, l’autoproduction en jardins collectifs ou privatifs se heurte aux interrogations grandissantes quant aux risques sanitaires liés à la pollution en métaux (arsenic, cadmium, mercure, plomb, zinc, etc.) relevée dans certains sols en Wallonie.

Dans ce contexte, les partenaires du projet SANISOL (ULiège-GxABT, SPAQUE, l’ISSeP, l’UCLouvain et Espace Environnement) ont mobilisé des compétences pluridisciplinaires en matière d’échantillonnage et d’analyses de sols et de légumes ainsi que de biomonitoring avec prélèvements d’échantillons biologiques (cheveux, sang, urine), le tout en concertation avec les acteurs régionaux et locaux. En effet, un jardin communautaire liégeois (le Coin de Terre de Bressoux - CTB) a été activement impliqué dans le projet comme site d’échantillonnage.

Le projet SANISOL a ainsi approfondi divers aspects de la problématique de la culture sur sol contaminé.

 

Objets de l'étude

Sanisol_Expert_txt.JPGPremièrement, le projet a cherché à déterminer des teneurs limites en polluants dans le sol et les végétaux en vue d’assurer la qualité commerciale des productions végétales en Wallonie (volet 1). De façon complémentaire, les partenaires ont analysé l’étendue et l’origine des teneurs en polluant dans le sol sur le site de Bressoux et aux alentours (volet 2).

Par ailleurs, un diagnostic du modèle d’évaluation des risques pour la santé humaine S-Risk® et de ses conditions d’utilisation dans le cadre de la production végétale a été réalisé (volet 3).

Pour répondre aux préoccupations des jardiniers du CTB et déterminer l’imprégnation en métaux des individus, un biomonitoring ciblé pour les usagers du coin de terre de Bressoux a été mené (volet 4).

Ensuite, dans le but de fournir aux jardiniers cultivant (en vue d’une autoconsommation) sur des sols contaminés des recommandations spécifiques à leur situation, il est question de créer un outil informatique pilote « SANISOL » accessible via internet (volet 5).

Enfin, tout au long du projet, une attention particulière a été apportée à la communication et l’accompagnement des acteurs locaux. C’est ainsi qu’un volet spécifique a été dédié à la gestion de la communication et la réalisation d’une documentation centralisée (volet 6).

Les 6 volets du projet SANISOL sont développés dans les points ci-dessous. Tous ces travaux ont fait l’objet de nombreux délivrables, détaillant chacune des méthodes déployées et résultats obtenus. Les principaux documents seront rendus disponibles ci-après. Toute information complémentaire peut être faite auprès de la Direction de la Protection des Sols du SPW.

SANISOL a été financé par la Wallonie.

 

1. La détermination de teneurs limites en polluants dans les sols et les végétaux en vue d’une production végétale commercialisable

Pour ce faire, une base de données a été constituée. Celle-ci a permis de construire un outil de prédiction des teneurs en contaminants dans différentes catégories de fruits et légumes à partir des propriétés des sols. De nouvelles données ont par ailleurs été acquises lors de 4 campagnes de prélèvements menées en 2018 sur un potager collectif situé à Liège, appartenant à la Ligue du Coin de Terre de Bressoux (CTB). En 2017, des analyses de sols de ce potager collectif de 6 hectares avaient en effet révélé une contamination importante en métaux et métalloïdes. Les données récoltées ont permis de formuler une proposition de teneurs limites dans les plantes potagères pour 3 métaux et métalloïde (arsenic, cadmium et plomb) et de produire des recommandations à fournir aux jardiniers du CTB et aux utilisateurs de l’outil SANISOL.

2. La détermination de l’étendue et de l’origine des teneurs en polluant dans le sol sur le site de Bressoux et aux alentours

Le travail mené montre que les teneurs en métaux des sols du CTB peuvent être considérées comme des concentrations de fond au sens du décret wallon relatif à la gestion et à l'assainissement des sols (concentration ambiante liée à des variations géologiques naturelles ou l'influence d'une activité agricole, industrielle ou urbaine généralisée). Les sols du CTB, ainsi qu'une centaine de sols de Bressoux, ont fait l'objet d'une campagne d'échantillonnage et d'analyse. Les cartes produites pour l'ensemble des métaux étudiés dans SANISOL (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Mn, Mo, Ni, Pb et Zn) confirment que le CTB est situé dans un contexte géographique de teneurs élevées en métaux et suggèrent que ce contexte de teneurs élevées dépasse le périmètre investigué en direction du sud-ouest. Ces analyses ont été complétées par le bilan des activités historiques aux alentours immédiats et éloignés des jardins du CTB en vue d’identifier l’origine des polluants retrouvés dans les sols.

3. Diagnostic du modèle d’évaluation des risques pour la santé humaine S-Risk® et de ses conditions d’utilisation dans le cadre de la production végétale

Sur base d’un examen critique du modèle d’évaluation des risques S-Risk® utilisé en Wallonie, des améliorations et des compléments ont été proposés (modèles de transfert sol-plante, coefficients de biodisponibilité du sol vers l’homme pour l’arsenic et le plomb, scénarios d’exposition des cibles, logigramme décisionnel, propositions de recommandations), conduisant au développement du modèle utilisé dans l’outil SANISOL. Cet outil permet d’émettre des recommandations personnalisées en matière de production et de consommation de plantes potagères à tout utilisateur de jardin potager sur base d’informations spécifiques (concentrations en métaux dans le sol, fruits et légumes cultivés, habitudes alimentaires, localisation du jardin potager).  Une étude de faisabilité pour l’incorporation des polluants organiques (hydrocarbures aromatiques polycycliques, HAP) dans l’outil SANISOL a également été réalisée.

4. Un biomonitoring ciblé pour les usagers du coin de terre de Bressoux

Afin de déterminer l’imprégnation en métaux des jardiniers du CTB, deux campagnes de biomonitoring (été 2018 et mars 2019) furent réalisées auprès de volontaires (93 en 2018 et 60 en 2019) qui avaient consommé des fruits et légumes du CTB et/ou qui fréquentaient le CTB. Les participants furent invités à donner un échantillon de sang et d’urine, une mèche de cheveux et à répondre à un questionnaire ciblé. La comparaison des résultats d’analyse d’échantillons prélevés en 2018 avec des valeurs de référence ont montré des concentrations élevées en cadmium, en arsenic spécié et, dans une moindre mesure, en plomb qui suggéraient un risque non négligeable pour la fonction rénale. Les résultats de la campagne menée en 2019 ont montré une réduction générale des imprégnations qui suggère notamment une exposition moins importante en hiver qu’en été chez les personnes liées au CTB et/ou un effet du suivi des recommandations données, particulièrement pour le cadmium et le cuivre. Toutefois, pour investiguer davantage la piste du CTB comme source d’exposition, des  mesures d’eau du robinet, de poussières domestiques et de sol du jardin ont été réalisées au domicile de participants volontaires, ainsi qu’un biomonitoring témoin auprès de résident de Bressoux n’ayant aucun lien avec le CTB.

5. L’établissement d’un outil informatique pilote « SANISOL » accessible via internet

L’outil informatique SANISOL qui valorise les différents résultats de ces travaux a également été développé dans le cadre de ce projet. Il a pour objectif d’émettre des recommandations en matière de production végétale et de gestion à la parcelle sur base d’un modèle d’évaluation des risques (construit à partir d’équations de transfert sols-plantes, de valeurs toxicologiques de références, de valeurs de bioaccessibilité spécifiques à chaque métal). Les informations nécessaires sont collectées par le biais d’un questionnaire via lequel l’utilisateur fournit des informations telles que les concentrations en métaux dans le sol, le type de légumes ou fruits autoproduits, ses habitudes alimentaires, la fréquentation du jardin potager, etc.

6. Gestion de la communication et réalisation d’une documentation centralisée

Une FAQ reprenant 24 questions posées par les jardiniers concernant la qualité des sols cultivés ainsi qu’une brochure de synthèse ont été produites. Un accompagnement de la Ligue du Coin de Terre de Bressoux (CTB) a également été proposé durant l’ensemble du processus. Ce soutien s’est formalisé par la mise en place d’une permanence téléphonique au service des jardiniers, l’animation de rencontres collectives pour présenter les avancées du projet et la structuration d’un groupe de travail pour organiser les jardiniers.

 

Recommandations aux utilisateurs du Jardin Communautaire de Bressoux et à ses riverains

 

 

Brochures

"Mon sol, mon potager et moi"

Sanisol_vignette.PNG

 

Les partenaires du projet

Bannière Logos.png